France : prix Simone Veil une camerounaise honoree

French presidential advisor Jean-Marc Berthon (L) poses with Aissa Doumara, the first winner of the Simone Veil award for women's and men's equality, at The Elysee Palace in Paris on March 8, 2019. / AFP / Ludovic MARIN

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans. Voor het gemak van de kijker, is de inhoud hieronder weergegeven in de alternatieve taal. Je kunt klikken op de link om naar de actieve taal over te schakelen.

 Défenseure des droits des femmes, la Camerounaise de 47 ans a fait de la lutte contre les viols et les mariages précoces son combat depuis plus de vingt ans.
«  C’est toute une vie qui est récompensée.  » Voilà ce que disent celles et ceux qui connaissent Aissa Doumara Ngatansou, lauréate du premier prix Simone-Veil. Ce lundi, 11 mars 2019, au siège de l’Association de lutte contre les violences faites aux femmes (ALVF), dont elle est la coordonnatrice, au quartier Kakataré à Maroua, dans l’extrême-nord du Cameroun, ses collaborateurs n’en revenaient toujours pas. Vendredi dernier, l’émotion était à son comble quand le président français, Emmanuel Macron, présidait la première cérémonie de remise du prix Simone-Veil qui est donc revenu à la Camerounaise Aïssa Doumara Ngatansou. Un prix accompagné d’une enveloppe de 100 000 euros (environ 70 millions de FCFA). Mme Doumara a indiqué que cette somme allait permettre à son association de se doter d’un « nouveau centre complet de prise en charge » des victimes et d’étendre ses activités ailleurs en Afrique.
PAR ELISABETH KOAGNE, À YAOUNDÉ