https://www.journaldesfemmes.fr/societe/combats-de-femmes/2518466-unplanned-quand-le-cinema-crache-sur-le-droit-a-ivg/

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Unplanned” est un film chrétien à petit budget réalisé par Chuck Konzelman et Cary Solomon sorti aux Etat-Unis le 29 mars 2019. Cette fiction basée sur l’histoire vraie d’Abby Johnson raconte comment une employée du planning familial s’est rendu compte que l’avortement était une abomination et est devenue militante anti-avortement. Un message abject, une production propagandiste soutenue par le gouvernement US et un succès public… A dénoncer d’urgence.

Ce n’était pas prévu. Comme si son titre était un présage, le film Unplanned a largement dépassé les attentes des producteurs en termes de succès.  Ce film chrétien américain basé sur le livre autobiographique d’Abby Johnson et écrit et réalisé par Chuck Konzelman et Cary Solomon a déjà généré plus de 16 millions de dollars trois semaines après sa sortieUnplanned est en ce moment classé onzième au box-office américain, juste après l’innocent dessin animé Monsieur Link. Quelle ironie ! Ce long-métrage qui adopte les codes des productions sensationnalistes hollywoodiennes n’est rien d’autre qu’une propagande anti-avortement. Explications.

Soudain, Abby Johnson a un choc. Directrice de la clinique d’avortement de Planned Parenthoud, elle assiste à une intervention par ultrasons d’un fœtus de treize semaines. C’est tellement atroce, qu’elle démissionne après avoir eu un “éveil spirituel”. La jeune femme pro-IVG se transforme donc en fervente militante anti-avortement. Le film est en fait un témoignage romancé inspiré du livre d’Abby Johnson, une fervente croyante qui travaillait dans un planning familial. La musique, le happy-end… Tout est fait pour vous montrer qu’interrompre une grossesse revient à s’éloigner du droit chemin. On pourrait presque en rire si les femmes ne s’étaient pas battues autant pour avoir le droit de disposer de leurs corps comme elles le souhaitent. Mais là, ça ne passe pas.

La désinformation à son paroxysme

Unplanned épouse à nos yeux les codes du film d’horreur tellement les situations rapportées à l’écran sont tirées par les cheveux. “Il y a eu des films qui traitaient avec davantage de sympathie des médecins nazis menant des expériences horribles“, a écrit Frank Scheck pour The Hollywood ReporterTélérama raconte une scène scientifiquement impossible qui montre bien le ridicule et la fausseté du film: “Pendant un avortement compliqué auquel la jeune femme assiste, l’échographie montre le fœtus de quelques semaines se débattant afin d’échapper à la mort et au tube qui finira par l’aspirer…“. Alors non. Non ! Un fœtus ne peut pas se débattre. Ce trop plein de pathos produit de la désinformation et donc un véritable danger qui pollue le débat sur l’avortement.

Unplanned : une propagande perfide soutenue aux Etats-Unis

La Maison Blanche n’est pas choquée par cette production culturelle… Bien au contraire ! Le vice-président Mike Pence s’est dit ravi sur Twitter de voir que “ce nouveau film profondément inspirant sur le mouvement pro-vie” connait un tel succès. De plus, la sortie d’Unplanned intervient en plein renouveau du mouvement anti-avortement aux Etats-Unis, entretenu par le président Donald Trump. Ce dernier a d’ailleurs demandé au Congrès une loi interdisant les avortements au dernier trimestre, lesquels ne sont aujourd’hui pratiqués qu’en cas de risque pour la santé de la mère. Le film donne un énorme coup de pouce aux politiciens et amadoue l’opinion publique pour revenir sur l’arrêt historique “Roe v. Wade” de 1973 qui a légalisé l’IVG en Amérique… Attention, danger ! 

https://www.journaldesfemmes.fr/societe/combats-de-femmes/2518466-unplanned-quand-le-cinema-crache-sur-le-droit-a-ivg/