Maroc: manifestation pour assouplir la loi interdisant l’avortement

Des manifestants, le 25 juin 2019 à Rabat, pour demander une refonte de la loi sur l'interruption volontaire de grossesse (IVG). © AFP

Leider ist der Eintrag nur auf Französisch verfügbar. Der Inhalt wird unten in einer verfügbaren Sprache angezeigt. Klicken Sie auf den Link, um die aktuelle Sprache zu ändern.

Des manifestants réunis devant le Parlement à Rabat ont demandé le 25 juin une refonte de la loi sur l’interruption volontaire de grossesse (IVG), qui favorise selon eux les avortements clandestins et les abandons d’enfants.

« 200 000 avortements clandestins par an », « 26 bébés abandonnés par jour », pouvait-on lire sur les banderoles et affiches déployées devant un important contingent de journalistes.

Une petite foule a également déposé devant le Parlement des poupées portant l’inscription « Article 453 ». Une référence à l’article de loi qui punit l’interruption volontaire de grossesse (IVG) de six mois à cinq ans de prison, sauf quand la santé de la mère est en danger.

Cette action médiatique a été initiée par l’Association marocaine de lutte contre les avortements clandestins (Amlac), dirigée par le professeur Chafik Chraïbi.

« Ça fait une dizaine d’années que nous militons pour une légalisation ne serait-ce que partielle de l’avortement », a déclaré cette figure de proue de la mobilisation, appelant à accélérer l’adoption d’un projet de loi bloqué depuis 2016 dans le circuit législatif.
600 à 800 avortements clandestins chaque jour

« L’article 453 est discriminatoire et ne prend pas en compte celles qui font des grossesses non désirées. Il est temps de le supprimer pour que ces femmes n’aient plus recours à l’avortement clandestin », selon Laila Majdouli, militante de longue date pour les droits des femmes.

https://www.jeuneafrique.com/793992/societe/maroc-manifestation-pour-assouplir-la-loi-interdisant-lavortement/