Associations chrétiennes vs plannings familiaux

<p>
L&rsquo;association chr&eacute;tienne &ldquo;Alternatives&rdquo; conseille les femmes enceintes. Les plannings familiaux d&eacute;noncent son parti pris anti-avortement.</p>
<p>
Les publicit&eacute;s de l&rsquo;association &quot;Alternatives&quot; occupent les wagons de m&eacute;tro depuis plusieurs semaines. Elles s&rsquo;adressent aux femmes enceintes en situation de crise et proposent divers conseils ainsi qu&rsquo;un test de grossesse gratuit, sans jamais mentionner le caract&egrave;re religieux de l&rsquo;organisation. &quot;Il n&rsquo;y a rien d&rsquo;&eacute;crit sur leur orientation politique contre l&rsquo;avortement&quot; , insiste Anne Baril, assistante sociale au Collectif &quot;Contraception Sant&eacute; des Femmes&quot;, un planning familial qui pratique l&rsquo;IVG et se situe dans la m&ecirc;me rue qu&rsquo;&quot;Alternatives&quot;. &quot;Parfois les femmes se trompent et vont dans leur centre au lieu du n&ocirc;tre&quot;, ajoute la psychologue Sabine Catoul. &quot;Il arrive aussi qu&rsquo;elles soient attir&eacute;es par les tests de grossesse gratuits et viennent chez nous ensuite car elles ne souhaitent pas garder l&rsquo;enfant&quot;.L&rsquo;action de ces centres n&rsquo;est pas ill&eacute;gale. &quot;<i>Ce qui est interdit c&rsquo;est de se faire appeler centre de planning familial car cela porte &agrave; confusion, mais les associations pro vie jouent sur les mots et ne reprennent qu&rsquo;une partie du label</i>&quot;, rapporte Nicolas Menschaert, directeur de la F&eacute;d&eacute;ration la&iuml;que de centres de planning familial. Un probl&egrave;me &eacute;pineux pour ces centres publics, qui n&rsquo;ont pas les moyens de se payer des campagnes de publicit&eacute; &eacute;quivalente &agrave; celle d&rsquo;Alternatives, et dont la visibilit&eacute; sur Internet reste insuffisante. &quot;<i>De nombreuses personnes confront&eacute;es &agrave; cette situation se renseignent sur Google et tombent directement sur des sites pro life car nous ne sommes pas bien r&eacute;f&eacute;renc&eacute;s&quot;, ajoute Nicolas Menschaert. &quot;Du coup ils arrivent traumatis&eacute;s apr&egrave;s avoir vu des vid&eacute;os mensong&egrave;res</i>&quot;. Un rassemblement pour la d&eacute;fense du droit &agrave; l&rsquo;avortement est organis&eacute; &agrave; Bruxelles le 24 mars, l&rsquo;occasion pour les pro avortement de manifester &agrave; leur tour.&nbsp; <a href="http://www.lalibre.be/actu/bruxelles/article/726299/associations-chretiennes-vs-plannings-familiaux.html" target="_blank">Lire la suite</a></p>